Au mois de juin 2018, le trafic conteneurs a totalisé 34.081 unités traitées contre 33.585 en mai de la même année, soit une hausse de 3,62%.

Au mois de juin 2018, le trafic conteneurs a totalisé 34.081 unités traitées contre 33.585 en mai de la même année, soit une hausse de 3,62%. Le mouvement en entrée des conteneurs pleins a enregistré une légère augmentation de 2,90% par rapport au mois de mai écoulé, traduisant un accroissement de 5,59% pour embarquements des conteneurs vides. Les données émanant de l’Entreprise portuaire d’Alger indiquent que les embarquements de conteneurs pleins ont été marqués par une statistique à la baisse de 26,85%. Par rapport à juin 2017, les chiffres font ressortir une hausse de 7,35% du trafic global. Pour cette même période, le bilan des activités portuaires montre que le trafic au niveau d’Alger Port a représenté un taux de 40,31% du trafic global de marchandises et 59,69% pour le trafic transfert. Selon cette même source, le volume global de marchandises, débarquées et embarquées au port d’Alger, traité par l’EPAL a connu une légère progression de 1,18% en mai 2018, soit 1.065.317 tonnes. Les marchandises débarquées traitées par l’EPAL ont atteint 919.161 tonnes, soit une hausse de 02,47% par rapport à 2017, dû principalement à l’augmentation du trafic conteneurs et céréales. Le trafic des marchandises embarquées affiche, par contre, une baisse de -06,24%, conséquemment au recul du trafic des hydrocarbures raffinées à l’export. Les statistiques de l’EPAL concernant le trafic passager font état de 13.554 passagers, soit une hausse de 11,73% par rapport au même mois de l’année écoulée.
Le trafic auto-passager a marqué une hausse de 06,46%, soit 8.616 véhicules en comparaison avec la même période de l’année 2017. A noter que comparativement à mai 2017, l’attente moyenne des navires en rade, ainsi que les séjours à quai, ont connu une amélioration pour la majorité des navires. En effet, la durée d’attente moyenne globale des navires en rade a été réduite durant le mois de mai 2018 comparée à la même période de l’année précédente, passant de 0,73 jour en 2017 à 0,59 en 2018. Pour la même comparaison, la durée moyenne des séjours à quai des navires traités par l’EPAL a connu, en parallèle, une diminution, passant de 2,72 jours en 2017 à 2,68 jours en juin 2018. Des performances que les responsables de l’EPAL devront consolider pour arrimer le port aux standards internationaux. En fait, plus de 90% des échanges commerciaux de l’Algérie se font par voie maritime, à l’exportation comme à l’importation. Une donne qui explique d’ailleurs l’intérêt des pouvoirs publics pour la modernisation et la consolidation des infrastructures portuaires nationales. Une logique qui découle de la nouvelle orientation économique du pays en matière de diversification et de valorisation des gisements de croissance. Incontestablement, le domaine portuaire, en phase de mutation, constitue un des secteurs appelés à accompagner la dynamique du gouvernement. Aussi, des experts avaient plaidé, dans ce sens, pour une mise à jour de la législation régissant l’activité portuaire, et une démonopolisation progressive de la gestion et des activités portuaires au profit du privé, en particulier, pour ce qui est de l’exploitation.
D. Akila

Elmoudjahid.com

PUBLIE LE : 28-07-2018 | 0:00