ALGER- Le Conseil des ministres a approuvé mardi la conclusion d’un marché en “gré à gré” pour la première tranche de dédoublement de la voie ferrée minière de 177 kms à l’Est du pays d’un montant de 50,6 milliards de DA, confié à un groupement d’entreprises publiques.

Il s’agit d’un accord conclu entre l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (ANESRIF) et un Groupement d’entreprises publiques nationales conduit par la société Cosider.

Ce projet, qui sera réalisé dans un délai de 48 mois, porte sur les travaux de dédoublement et de modernisation d’un tronçon de 177 kms de voie ferrée reliant Oued Kebir, Tébessa et Djebel Onk.

A l’horizon 2020, la voie ferrée minière de l’Est assurera le transport de près de 26 millions de tonnes de minerai de phosphates et dérivés ainsi que de minerai de fer.

La mise à niveau de cette voie ferrée sera effectuée parallèlement à la réalisation d’autres investissements en partenariat que l’Algérie a conclus récemment pour une plus grande valorisation des gisements de phosphates dans cette région du pays.

Pour rappel, trois accords d’investissements algéro-indonésiens d’un montant global de 4,5 milliards de dollars ont été signés, la semaine dernière, entre deux entreprises publiques nationales (Asmidal et Manal) et le groupe indonésien industriel Indorama Corporation, portant sur le développement et l’exploitation de la nouvelle mine de phosphate de Bled EL Hadba (Tebessa), sur la transformation des phosphates pour la production de l’acide phosphorique et de diammonium phosphate à Souk Ahras et sur la transformation du gaz naturel pour la production d’ammoniac, de nitrate d’ammonium technique et du calcium ammonium nitrate à Skikda.

La production issue de ces plates-formes industrielles devra couvrir les besoins du secteur agricole en différents produits fertilisants et permettra l’exportation de l’excédent qui sera dégagé vers les marchés internationaux.

A travers ces investissements, il s’agira d’assurer la transformation de cinq (5) millions de tonnes de phosphates marchands en engrais phosphatés et la production d’un (1) million de tonnes d’ammoniac et de 800.000 tonnes de calcium ammonium nitrate.

Ces projets permettront la création de près de 16.000 emplois avec 12.000 en phase de construction et 4.000 en exploitation.

A travers ce genre de partenariats, l’Algérie entend exploiter pleinement son potentiel minier dans le cadre de la volonté du gouvernement de transformer toute la région Est du pays en un hub minier régional pour l’Afrique et le pourtour méditerranéen.

Par ailleurs, sur le plan de transport de minerais par voie ferroviaire, d’autres projets sont en cours d’élaboration à l’instar des études pour le raccordement, par voie ferroviaire, du site de fer de Gara-Djebilet (Tindouf) vers Abadla (Bechar) sur un tracé de 950 kms.

Ces études menées prévoient le transport des minerais extraits de ce gisement vers un port minier, à concrétiser concomitamment avec le projet de la voie ferrée, avant leur acheminement vers les complexes sidérurgiques d’Oran, de Jijel et d’Annaba à des fins de transformation industrielle.

http://www.aps.dz/economie/45082-un-march%C3%A9-de-modernisation-d-une-voie-ferr%C3%A9e-mini%C3%A8re-de-plus-de-50-milliards-da-confi%C3%A9e-%C3%A0-des-entreprises-publiques