La plus grande base logistique algérienne sera installée à Constantine

La plus grande base logistique algérienne sera réalisée sur le site d’El Karrah, dans la région de Ouled Rahmoun, au niveau de la zone industrielle. Cette base s’étendra sur 50 hectares, dont 12 ha de bâti. Elle fait partie des 30 bases de même type projetées sur le territoire nationale. La base logistique de Ouled Rahmoune est susceptible de générer 1.500 postes d’emplois (1.000 postes directs et 500 indirects) dès le début de sa phase opérationnelle.

Le Premier-ministre, Abdelmalek Sellal. Photo : DR

Par Amar Naït Messaoud

Le projet est pris en charge par la Société nationale des transports terrestres (SNTR), en association avec le groupe français APRC Group. Ce qui a donné la « SNTR-Logistics », dirigée par Karim Abdellaoui. Les travaux seront lancés le 16 avril prochain, lors d’une visite attendue du Premier-ministre, Abdelmalek Sellal, à Constantine, dans le cadre de la clôture la manifestation « Constantine, capitale de la culture arabe ».

La durée des travaux pour la construction de cette gigantesque base sera de 36 mois. L’infrastructure sera dédiée au stockage et à la distribution de différentes marchandises à l’échelle nationale. Elle viendra combler un retard criant en matière de base logistique.

En effet, hormis la filiale de Cevital, Numilog, qui a inauguré ce que le management moderne appelle « supply chain » (chaîne logistique), à travers ses bases d’Oran et Bouira, avec une superficie globale de 10 hectares et une flotte consistante de véhicules, l’Algérie ne dispose pas encore de ce genre d’accompagnement de l’activité économique et commerciale. SNTR-Logistics a été déjà chargée de la réalisation des plateformes logistiques de Sétif, Alger et Oran.

Le besoin se fait sentir au fur et à mesure que se multiplient les partenaires, se diversifient les activités et les bassins de production et s’accroissent les échanges. Gérer les flux de marchandises, dans un souci de stockage et de distribution, deviendra, dans quelques années, une branche à part entière de l’économie algérienne. Les 30 bases logistiques prévues sur l’ensemble du territoire national répondent à un besoin précis des entreprises et des autres agents économiques, principalement le producteur et le distributeur qui sont appelés à s’inscrire dans une logique d’amélioration des prestations de service et de compétitivité.
Karim Abdellaoui précisait, en juin dernier, qu’il s’agit, à travers ces infrastructures logistiques, de  « réduire les coûts, lutter contre la fraude, l’évasion fiscale, la spéculation et le marché informel ». Selon les estimations d’APRC, le manque à gagner issu du déficit de l’infrastructure logistique en Algérie serait de plus de 7 milliards de dollars par an.

Les responsables de la SNTR ont présenté, la semaine passée, le projet de Ouled Rahmoune au niveau du cabinet du wali de Constantine. Le wali et les détecteurs de l’exécutif ont été « impressionnés » par l’ampleur et la portée stratégique du projet de la base logistique. Le chef de l’exécutif a ordonné d’accélérer les procédures administratives pour la finalisation du dossier de la base logistique. La délivrance du permis de construire est prévue pour les prochains jours; en tous cas, avant la fin du mois de mars.

Les 30 projets que managera le groupe SNTR-Logistics à l’échelle nationale généreront, à terme, quelque 40.000 emplois. Le groupe choisira les sites des installations et mènera es études de réalisation des pôles logistiques, à partir desquels seront distribuées les marchandises stockées. La gestion de ces plateformes, affirment les responsables de la SNTR-Logistics « sera assurée selon des standards internationaux », afin de « garantir la traçabilité sanitaire et fiscale des produits, éliminer les pénuries, lutter contre les marchés illicites et assurer une sécurité alimentaire des populations pour ce qui est des produits de première nécessité ».

La base logistique de Ouled Rahmoune, qui pourra être alimentée par l’énergie solaire, sera constituée de 3 immeubles séparés, dont un pour les bureaux et les deux autres pour le stockage (un à sec et l’autre frigorifique) avec, en outre, des aires de parking et de chargement/déchargement.

Impact 24.info 07.03.2016 12:00

A.N.M

http://www.impact24.info